BIENVENUE SUR MON BLOG
Un blog sur : sculpture ornementale sur bois , l'ornementation et la décoration.
Dessin et fabrication artisanale de tous les sculptures ornementales et ornements ornementaux sur bois . Reproductions et propres créations du mobilier Liegeois


vendredi 1 décembre 2017

Musée Van Loon à Amsterdam | Des intérieurs élégants et savoureux | Maison au bord d'un canal à Amsterdam

Musée Van Loon à Amsterdam 
Musée Van Loon à Amsterdam 
Des intérieurs élégants et savoureux 
Maison au bord d'un canal à Amsterdam


Musée Van Loon à Amsterdam
______________________

Amsterdam

Le 4 juillet 2017, j'étais à Amsterdam avec une bonne connaissance, j'y avais un rendez-vous avec un client pour une livraison de l'une de mes sculptures héraldiques pour un bâtiment sur le Keizersgracht. De Maaseik, on compte presque 2 heures (1:50) de route jusqu'à Amsterdam, et car le RDV était tôt, j'avais probablement assez de temps pour une visite éclair de la "Venise du Nord". 
La bonne connaissance n'a jamais été à Amsterdam, et il m'a semblé amusant de lui laisser découvrir les bâtiments importants, les repères et l'atmosphère unique de cette ville. 
Une croisière sur les canaux d'Amsterdam était un must absolu et un excellent moyen de mieux découvrir la ville. Cette croisière est également une bonne base pour déterminer quel quartier d'Amsterdam vous souhaitez visiter en priorité. 

Dans cet article, nous visitons le Musée Van Loon, une maison patricienne située au bord du Keizersgracht 672, et qui appartient à des membres de la famille Van Loon depuis 1884, dont le nom est dérivé. Une partie de la maison est ouverte aux visiteurs. 

Musée Van Loon, vue sur le jardin

Musée Van Loon, Amsterdam.


Peu de temps après la construction du canal du Keizersgracht, la maison a été construite en 1671-1672, en même temps que la maison numéro 674, pour Jeremiah van Raey, un marchand flamand. Ces maisons jumelles sont maintenant aussi appelées les maisons Van Raey. L'architecte était Adriaan Dortsman. Il avait déjà construit l'église luthérienne ronde et la Walenhuis (aujourd'hui le consulat), ainsi que la ville fortifiée de Naarden.

Sur les façades communes on trouve quatre dieux grecs/romains: la déesse de la guerre Pallas Athena/Minerva, le dieu de la guerre Ares/Mars, le dieu du feu Héphaistos/Vulcanus et la déesse de la terre Demeter/Ceres.

De 1964 à 1973, la maison a été restaurée par Monumentenzorg (Monument Historique).
En 1772 et 1776, des contours de fenêtres très détaillés ont été réalisés. 

Hall et escalier | Musée Van Loon

Au début du XVIIe siècle, la construction de canaux de l'IJ (lac) jusqu'au Leidsegracht a été entamée. En 1660 les canaux ont été étendus jusqu'à l'Amstel. Les maisons construites à l'extérieur des canaux ont obtenu une dépendance sur la Kerkstraat (rue), qui est située derrière le canal. En 1920, Jhr. Willem van Loon a acquis une voiture et la dépendance a été transformée en garage.
La façade côté jardin a été rénovée en 1775. Au-dessus de la porte se trouve un buste d'Apollon, à côté, Flora/Chloris et Silenus, avec Dionysos/Bacchus sur le bras.
Le pavillon est un monument national. Les fenêtres du premier étage sont fausses car on ne voulaient pas que le personnel regarde le jardin. La dépendance a toujours été la propriété de la famille Van Loon, mais a été rachetée par le musée en 2009, restaurée et réaménagée en auberge. Elle a été ouverte en novembre 2011, et est devenu un lieu de mariage.


Abraham van Hagen, qui a acheté la maison en 1752, construit une véranda à l'arrière de la maison. Celle-ci est située au-dessus d'une partie de la cuisine, qui a été construite antérieurement. 


Le jardin a été repensé par Angrid Tilanus en 1973. La conception du jardin est inspirée par un dessin de Jacobus Bosch datant de 1679. En 1999, Eugénie André de la Porte a réalisé quelques ajustements. Dans le jardin se trouve un hêtre rouge, planté par la famille Van Loon en 1884.



L'escalier

Le cœur de la maison est sans aucun doute le magnifique escalier, exceptionnellement grand pour Amsterdam. Cet escalier monumental relie les étages principaux. Il n'y a pas d'escalier séparé pour les domestiques. La balustrade, initialement en laiton, a été faite pour le couple Van Hagen - Trip. Ceux qui observent les détails peuvent découvrir leurs noms dans les ornements. Le bas-relief en stuc, sur la porte, montre entre autre, les signes du zodiaque et les beaux-arts. Par terre, de grandes plaques de marbre sont posées tel un livre ouvert, qui reflètent les dessin dans le marbre.

Bas-relief en stuc au-dessus de la porte | L'escalier du MuséeVan Loon


Le Salon bleu

Le grand salon de réception a, comme la plupart des salles du bel étage, une hauteur impressionnante de près de cinq mètres. Les quatre saisons sont symbolisées en stuc dans les coins du plafond. La pièce a joué un rôle important dans la vie de Thora van Loon. En tant que Dame du Palais de la Reine Wilhelmina, elle représentait la reine à Amsterdam.
Lors de sa journée hebdomadaire de repos, qui était sa journée fixe de réception, Thora décidait de qui ou qui ne serait pas présentés à la reine lors de sa visite annuelle à Amsterdam. Point exceptionnel, le parquet Empire de 1810 est encore présent au sol. 




Musée Van Loon à Amsterdam | Des intérieurs élégants et savoureux

La salle à manger

La salle à manger peut accueillir vingt-quatre personnes autour d'une longue table. La salle est encore utilisée, lors d'occasions spéciales par la famille Van Loon, mais surtout par les entreprises et les particuliers qui louent la chambre. La famille Van Won a fondé la salle dans le style du XVIIe siècle avec des papiers peints imitation cuir doré. Ce style a été considéré comme très approprié pour une salle à manger au XIXe siècle. Lors de la restauration des années 1960 par Jonkheer Maurits van Loon, l'aspect du dix-huitième siècle a été restauré. Heureusement, le miroir au-dessus de la cheminée a été conservé. 


Musée Van Loon à Amsterdam | Des intérieurs élégants et savoureux

Le Salon rouge

Cette pièce était autrefois communément appelée "Herenkamer" (chambre des messieurs) ou "Rooksalon" (fumoir). Ici, Willem Hendrik van Loon pouvait se retirer pour une discussion d'affaires ou après un dîner avec les hommes fumant des cigarettes sans interférer avec les dames. Dans toute la maison, on trouve presque exclusivement des portraits accrochés au mur. Les portraits soulignent l'âge des régents et des marchands, mais sont aussi une source de divertissement. Les histoires de famille étaient racontées ou représentées sur la base des portraits. La couleur verte de la teinte du mur est, comme les couleurs dans la plupart des autres pièces basées sur la couleur dominante du XVIIIe siècle.


Le Salon Rouge | Maison de canal à Amsterdam

Le Pavillon

Au dix-huitième siècle, le pavillon était décoré de lambris raffinés et de miroirs qui se répétaient à plusieurs reprises dans la pièce. Il n'était pas surprenant que la jeune Thora ait choisi cette chambre, et sa vue magnifique sur le jardin, pour en faire sa chambre privée. À partir du milieu des années vingt, la famille utilisait le pavillon comme salle à manger lorsqu'il n'y avait pas d'autres invités. Ainsi, le major d'homme Theo devait marcher moins loin, et les plats arrivent plus chaud sur table. Le revêtement mural est, comme dans toutes les autres pièces, choisi par Mauritz van Loon et sa première femme Ghislaine van Loon-de Vallois.




Les armoiries de famille en bois
Van Loon









La chambre de Drakensteyn

Les chambres du premier étage étaient principalement utilisées comme des chambres à coucher. Dans la chambre de Drakensteyn, le lit se trouve dans une alcôve. La salle tire son nom des peintures murales qui ornent la pièce actuellement. Les peintures proviennent du château Drakensteyn, la maison de H.K.H Princes Beatrix. Maurits van Loon les a achetés parce que la maison avait des peintures murales au dix-huitième siècle, mais aussi parce qu'elles étaient faites pour le compte de la même famille qui possédait le bâtiment situé au 672 Keizersgracht. Les peintures murales sont un phénomène typiquement hollandais dans lequel les pièces sont pourvues d'une continuité peinte. 



La chambre de Drakensteyn | Museum Van Loon

La chambre rouge

Les décorations montrent la transition du style rococo au style néo classique Louis XVI. Cette chambre est plus petite que la pièce de l'autre côté du couloir, car derrière le mur où se trouve le lit est situé l'escalier menant aux anciennes chambres des domestiques. Afin de placer les deux portes dans le couloir à l'opposé l'une de l'autre, tout en gardant la pièce symétrique, une porte pliante est installée. Lorsque la porte est fermée, on dirait que la porte est située directement en face de la gaine de la cheminée. Cependant, la vraie porte se trouve en fait à côté.


Détail, miroir ornementés | Musée Van Loon

La Chambre des Oiseaux

La maison a un nombre limité de chambres par rapport à la taille de la propriété. Parce qu'elles sont spacieuses, les pièces pouvaient être divisées en utilisant des paravents, et ainsi être utilisées par plusieurs personnes. À l'époque de la famille Van Loon, la chambre servait de chambre d'enfant. Maurits van Loon pouvait encore se rappeler comment il vivait avec ses sœurs ici. Au dix-huitième siècle, la pièce servait de bibliothèque. Après la restauration, les bibliothèques sont réutilisables. La salle doit son nom au papier peint, montrant des oiseaux exotiques.



La chambre des moutons

Dans la famille Van Loon, cette chambre a servi de chambre d'amis. Cette pièce tire également son nom du revêtement mural. Le tissu est une réplique d'une imitation française de tissu de siège indien. En France, des moutons ont été ajoutés au design original. Les installations sanitaires sont inexistantes dans la maison. Dans un coin du jardin de la maison se trouvent deux petites cabines, avec un espace suffisant pour un pot et une lampe. Au dix-neuvième siècle, ces deux petites cabines ont été restaurées en véritables salles de bain "modernes". Maurits van Loon vient de les renouveler, et c'est pour cela qu'elles ne sont pas encore visitables. 






La cuisine

Le sous-sol était le domaine de dix à quinze domestiques. Voici les caves de rangement, la pièce où l'argenterie était polie et la garderie du personnel. Mais la pièce principale était bien sûr la cuisine. La cuisine était aussi loin que possible de la salle à manger, comme prescrit par la tradition. Dans le passé, les résidents étaient plus soucieux de l'odeur et de la fumée que de la question pratique et de repas chauds. Le plafond carrelé était très pratique, il pouvait être nettoyé d'une manière simple. Pendant près de quarante ans, Leida était le chef de la famille.



Le jardin

Lorsque le canal a été construit autour d'Amsterdam, il était prévu des espace, en plus de la construction des canaux, pour les rues et les maisons, mais aussi les grands jardins. Le jardin était surtout là pour être contemplé. Le jardin offrait également une belle vue en hiver depuis le bel étage. 
Basé sur une carte historique d'observation des oiseaux, le jardin a reçu en 1973 un schéma de taxus et de buis. Le hêtre rouge a été planté par la famille Van Loon en 1884. Les journées portes ouvertes annuelles, auxquelles de nombreux particuliers participent également, donnent aux jardins du canal une réputation internationale en juin.


Les dépendances | Musée Van Loon à Amsterdam

Les dépendances

Les grandes maisons de canal, telles que Keizersgracht 672, avaient leurs propres dépendances. La cour de la dépendance était également une conception de Adriaan Dortsman. A part les écuries, qui pouvaient contenir de sept à huit calèches et six chevaux, la maison au-dessus était occupée par le conducteur et sa famille. Pour assurer l'intimité des résidents de la maison sur le canal, la façade n'avait que des fenêtres décorées des rideaux peints.
La famille de Van Loon était réputée pour ses voitures, son artisanat et ses livrées. Elle est l'une des rares familles aux Pays-Bas où ses biens complets ont été préservés.


Les dépendances | Musée Van Loon Amsterdam


INFO:
http://www.museumvanloon.nl

Heures d'ouverture

Le musée est ouvert tous les jours de 10h à 17h.

Le musée est fermé :

Le jeudi 27 avril (journée du Roi)
Le 24 décembre fermé à partir de 15 heures
Le 1er jour de Noël
Le Jour de l'an

http://www.patrickdamiaens.be

Notre FB PAGE



mercredi 1 novembre 2017

PORTES EXTÉRIEURES EXCLUSIVES | portes sculptées | Sculptures sur bois et ornements pour portes


Menuiserie unique et exclusive

PORTES EXTÉRIEURES EXCLUSIVES 
Portes sculptées | Sculptures sur bois et ornements pour portes


Nous fabriquons pour vous des ornements et des sculptures sur bois pour menuiseries et portes d'extérieures.

Parce que chaque porte d'extérieur sculptée est unique et personnalisée, et toutes les applications décoratives des ornements sont toujours différentes, chaque propriété possède ainsi un look distinct et exclusif.



Portes exclusives sculptées

Conception et fabrication artisanale de toutes sculptures et ornements pour portes intérieures et extérieures en style champêtre, traditionnel, classique ou d'époque.

Si vous avez des souhaits particuliers ou désirez un design personnalisé exclusif, alors l'atelier de Patrick Damiaens répond aux attentes de personnes qui désirent s'entourer du plus haut degré de perfection et de bon goût. Il offre une alternative à une norme parfois insatisfaisante, norme à laquelle nous sommes censés prendre plaisir dans notre société de consommation moderne.

Porte d'extérieur exclusive avec sculptures sur bois

Portes extérieures exclusives mais aussi uniques, personnalisées et élégantes avec des sculptures sur bois.

Ornements artisanaux, sculptés à la main dans l'Atelier Patrick Damiaens, pour revivre la nostalgie sans exagérations dans sa réalisation.

Porte d'extérieur sculptées et personnalisées

Artisanat de portes rurales et de portes de maisons, réalisées sur mesure, avec personnalisation des ornements.

Ornements faits main pour menuiseries et portes extérieures avec un caractère attrayant.


L'Atelier Patrick Damiaens représente :

- des ornements et des sculptures
- une réalisation 100% sur mesure, avec consultations du client
- un design intemporel, unique et attrayant
- des conceptions avec des matériaux naturel et de haute qualité
- de l'artisanat unique et personnalisé


Pour plus d'informations :

http://www.patrickdamiaens.be

FB PAGE



dimanche 1 octobre 2017

LE PETIT PALAIS à PARIS | Murs lambrissés en chêne et boiserie | Pièce de boiserie sculpté en chêne | Collection Edward Tuck

Le Petit Palais à Paris
Le Petit Palais à Paris | Murs lambrissés en chêne et boiserie  
Des lambris en chêne sculpté | Collection Edward Tuck

Le Petit Palais à Paris

Murs lambrissés en chêne et boiserie

Avec le train à grande vitesse "Thalys" vous mettez environ 1h20 pour aller de Bruxelles à Paris. C'était un samedi en novembre (2016), beau temps, et j'étais en compagnie de quelques étudiants sculpteurs. J'avais sélectionné un certain nombre d'activités et de musées qui seraient satisfaisant. L'un de ces sites était le Petit Palais. Le Petit Palais a été construit pour l'Exposition Universelle de Paris, en 1990 par l'architecte Charles Girault.
Ce vestige de l'Exposition Universelle, est architecturalement à la fois un exemple classique et moderne de l'architecture éclectique. Ainsi, ce bâtiment est très élégant et possède une façade impressionnante. À première vue, le bâtiment fait référence aux 17ème et 18ème siècles. En particulier, le dôme du porche rappelle la coupole des Invalides qui est située à proximité. La colonnade à l'avant rappelle celle de la Place de la Concorde. C'est un "Petit" Palais car il est simplement plus petit que le "Grand" Palais, mais il reste néanmoins avant tout un palais qui, comme le "Grand Palais", a été construit pour l'Exposition universelle de 1900.




Collection

On peut y trouver un éventail d'objets, de l'antiquité grecque jusqu'au 20ème siècle: peintures, sculptures, objets d'art, meubles, tapisseries et la plus belle collection d'icônes de France. Et surtout, l'entrée de ce musée est gratuite. Les expositions temporaires requièrent néanmoins un passage en caisse.


Ce palais est un ensemble architectural impressionnant qui a été construit à dessein, dans l'idée d'exister même après l'exposition, avec pour but de devenir ce qu'il est aujourd'hui: le Musée des Beaux-Arts de la ville Paris.
L'aile de la Cours de la Reine (à droite) est utilisée pour des expositions temporaires. Avec, entre autres, en 2010, l'exposition du plus grand couturier de France: Yves Saint Laurent. Le côté des Champs-Elysées (à gauche) est utilisé pour des expositions permanentes. Celles-ci sont divisés en sections par périodes, de l'antiquité classique jusqu'au début du 20ème siècle. Pour ceux qui souhaitent faire cette exposition par ordre chronologique, le départ se trouve au sous-sol. Alors vous traversez l'histoire (de l'art) de l'époque grecque et romaine, puis du Moyen Age, ensuite de la Renaissance et du 19ème siècle. Delacroix, Jan Steen, Rembrandt, mais aussi des chefs-d'œuvre de Rodin, Maillol, Bonnard, Renoir et Cézanne. Une belle collection polyvalente qui provient principalement de collections privées. Ainsi on retrouve une image complète des évolutions artistiques au fil des siècles, le tout allant de pair avec une architecture riche et fascinante, mais surtout abondante.





1902
En 1902, le musée est officiellement ouvert. Charles Girault avait un design audacieux d'utilisation de la lumière naturelle. Malheureusement, les toits en verre et les dômes qui laissaient passer la lumière naturelle ont été recouverts pour protéger les structures contre les effets néfastes du soleil.
Mais aujourd'hui, le public peut à nouveau découvrir un bâtiment très agréable dans une mer la lumière. Le musée était surtout connu pour ses expositions temporaires, alors que l'on peut désormais découvrir un musée complet de 5000 mètres carrés. Les architectes Philippe Chaix et Jean-Paul Morel ont reconstruit la lumière qui pénètre à travers le toit grâce à un toit en pente qui est à nouveau en verre, mais cette fois horizontalement.

En conséquence, les salles qui abritent la collection permanente, et surtout les grands tableaux, sont rétro-éclairées par la lumière naturelle. C'est très important car ces peintures ont été créées dans des ateliers où seule la lumière naturelle est entrée. Ainsi, la lumière sur ces tableaux correspond à l'éclairage utilisé lors de leur création.
Le public peut ici se promener dans des salles possédant des antiquités grecques jusqu'à l'art français de la période pré-1914. Les peintures, sculptures et objets sont placés de manière à ce que le public soit conscient des différentes cultures et périodes. Pour le 17ème  siècle, par exemple, le public peut voir des oeuvres d'art à proximité d'un tableau de Rembrandt. En ce qui concerne le 18ème siècle, nous avons des peintures de Boucher et David avec des meubles et des tapisseries de la même période.



Le jardin a été reconstruit comme il était en 1900. Tous les bords de la mosaïque, qui ont malheureusement été recouvertes de ciment, ont été récupérés. A cause des racines des arbres et des plantes, créant des fissures dans les étangs, les mosaïques avait été recouvertes de ciment. Les étangs étaient à sec depuis plus de 10 ans déjà, et le jardin était fermé au public. La végétation autour des étangs est telle qu'elle était en 1900, en particulier les palmiers, qui font un peu exotique et donnent l'impression de se trouver sur la "Promenade des Anglais". Ce n'était pas pour un établir un lien avec la Méditerranée, mais plutôt car tous les premiers jardins étaient comme cela en 1990.

En 2005, le bâtiment a de nouveau été restauré, pour une somme à hauteur de 264 millions et est aujourd'hui l'un des joyaux architecturaux de Paris. Escaliers monumentaux, belles ferronnerie ornementale, sols en mosaïque et dômes peints. Une grande terrasse à l'avant vous mène à un portail impressionnant avec des dômes en verre, des baies vitrées et une grande arcade.





Le café du musée

Dans la cour semi-circulaire du Musée du Petit Palais se trouve le café du musée. C'est un lieu hautement recommandé et est certainement l'une des boutiques de musées les plus attractives de la capitale française. Cette charmante cour, bordée de mosaïques et colonnes majestueuses est un véritable havre de paix et cela dans les environs animés des Champs Elysées, il offre une carte simple et originale.
Certes, pas toujours bon marché, mais la localisation et le temps consacré à cet endroit font partis de l'addition. C'est à faire, même si c'est seulement pour une tasse de café avec quelques macarons.




Une impression. Quelques photos de Novembre 2016.
______________________

Vue depuis le café du musée | Le Petit Palais de Paris.

Colonnes majestueuses dans une oasis de paix | Le Petit Palais

Murs lambrissés en chêne et boiserie

Au premier étage du musée (collection 18ème siècle) se trouve la collection d'Edward Tuck et son épouse Julia Stell.

Edward Tuck était envoyé en tant que vice-consul en France et ainsi a commencé sa vie d'expatrié à Paris. Il a utilisé son pouvoir considérable pour recueillir des oeuvres d'art et en a généreusement fait dons aux établissements d'enseignement des deux côtés de l'Atlantique.
Il a également soutenu le Centre Universitaire Américain à Paris et à la rénovation des monuments publics à Rome et Monte Carlo.

Son plus grand cadeau était après sa mort, à Monte Carlo en 1938, il a fait don de toute sa collection d'art en France. La valeur de la collection à ce moment-là était déjà de 5 millions $.

Pour honorer sa générosité, la ville de Paris a nommé une avenue d'après lui, une avenue qui est proche du Petit Palais, où sa collection d'art est logée.

Traduction Geraldine Poppe


EDWARD TUCK, Petit Palais



Le Petit Palais Paris, Collection Edward Tuck

Petit Palais à Paris | Murs lambrissés en chêne et boiserie



Petit Palais à Paris | Murs lambrissés en chêne et boiserie


Le Petit Palais Paris, Collection Edward Tuck




Petit Palais à Paris | Murs lambrissés en chêne et boiserie

Murs lambrissés en chêne et boiserie

Le Petit Palais Paris, Collection Edward Tuck


Murs lambrissés en chêne et boiserie


Le Petit Palais Paris, Collection Edward Tuck


Murs lambrissés en chêne et boiserie

Le Petit Palais Paris, Collection Edward Tuck